top of page

Quelle aventure !

Chers amis,

Depuis quelques semaines, je suis sur le pont (ou plutôt mon tracteur) pour sulfater la vigne avant et après les orages – une opération qui prend plus d’une journée à chaque fois pour mes 14,5 hectares.

Mais c’est essentiel ! Même si nos terres ont besoin d’eau, la pluie peut être une calamité pour les plantations en favorisant le développement du mildiou. Ce risque est particulièrement élevé pendant la période de floraison.

En tant que viticulteur responsable, je me dois de sulfater mes vignobles assez pour les protéger tout en limitant la quantité de fongicide. C’est pourquoi je suis ravi d’être guidé par les diagnostiques ADN de BaaS (Biology as a Solution) pour le planning et le dosage des traitements à Château Mamin.

Voici la dernière analyse BaaS : « La pression était stable vendredi dernier mais a continué d’augmenter durant le weekend. Notre modèle prédit un risque de repiquage* pour le 10 juin. Un second événement de repiquage, lié au pic lundi, devrait également avoir lieu en fin de semaine prochaine. Attention donc aux orages prévus cette semaine et la semaine prochaine qui pourraient sérieusement aggraver l’état sanitaire des parcelles. La pression devrait continuer d'augmenter pendant le weekend. ensuite la prochaine repiquage devrait avoir lieu autour du 18. »

*Repiquage : reproduction asexuée des spores de mildiou ou quand le champignon génère des spores et infecte les feuilles




Pourquoi faire des tests ADN dans le vignoble ?

Les raisins merlot sont sensibles à cette infection fongique, qui dessèche les fruits et réduit les rendements. Plus on détecte tôt les risques, plus on peut protéger efficacement les vignes en utilisant le minimum de produits antifongiques - au lieu de "pulvériser et prier".

Comment ça marche ?

  • Tous les 3 jours, nous collectons des échantillons à partir des pièges à spores placés autour du vignoble et les donnons à BaaS, une start-up spécialisée dans la détection précoce de pathogènes.

  • BaaS en extrait l’ADN et analyse la présence de spores de mildiou par PCR quantitative avant que les dégâts ne soient visibles.

  • Quand les risques augmentent, nous pouvons traiter les vignes à temps pour éviter la propagation du mildiou.

 

Pas encore inscrit ? Embarquez pour notre aventure d’innovation avec nous !

Inscrivez-vous à notre flash info BaaS :

 



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page